Camille Raséra

Et si on rêvait - Novembre 2017

En résidence

Et si on rêvait est une composition “mouvementée”, sur le passage - à l’âge adulte mais pas que, sur le passage tout court - d’un moi décidé par les autres à un moi qui se voudrait plus libre. C’est l’expulsion, le rejet de ce qui nous obsède, nous conditionne, nous enferme dans une identité que l’on n’a pas choisie. C’est la soif de métamorphose.


Ce sont des jeunes qui tentent de fuir la réalité - par l'enivrement ou le passage à l’acte extrême et irréparable - mais aussi qui se sentent le droit de dire : “soyons créateurs, non à ces prédictions qui font de nous des pions, non aux chemins tout tracés”. Ce sont deux corps qui cherchent une sortie dans le labyrinthe de leurs habitudes. 


Et si on rêvait est avant tout l’expression du mouvement qui nous anime : du mouvement contenu, inexprimé au mouvement qui surgit, s’amplifie et nous possède. Du mouvement qui se répète, nous envahit, nous obsède, nous soulage. Du mouvement qui exprime ce que la raison ne peut exprimer.